Une idole de l’islam européen, visée !

Une idole de l’islam européen, visée !

 

Mobilisation grandissante autour de l’affaire judiciaire de l’islamologue suisse

C’est sur la toile du web, que les soutiens se comptent et retransmettent la riposte qui est née autour du mouvement crée fin janvier ‘‘ Résistance et Alternatives ’’, pour continuer à promouvoir la ‘‘ pensée ’’ du petit-fils de l’instituteur égyptien et fondateur de la confrérie des frères musulmans.
Pétition, manifestations, déchaînement de tweets, vidéos de sa femme… Le maintien en détention en banlieue parisienne de l’islamologue suisse, Tariq Ramadan, cible d’un mouvement de protestations très actif du côté de l’islam militant, mais aussi dans le rang de certains recteurs de mosquées très reconnus. Depuis plusieurs semaines, des voix s’élèvent et se multiplient pour s’émouvoir du traitement judiciaire et médiatique de l’intellectuel âgé de 55 ans, accusé d’avoir tenté d’approcher des femmes. Les partisans estiment que l’état de santé de l’homme est ignoré et que son droit à la présomption d’honneur est bafoué.


Jeudi dernier, la cour d’appel a décidé de maintenir le conférencier en détention provisoire, il clame son innocence et demande sa remise en liberté pour raison de santé, il affirme en effet souffrir depuis quelques années d’une sclérose en plaque et d’une deuxième neuropathie non encore identifiée. Toutefois, l’expert médical désigné par la Chambre d’instruction a jugé que son état n’était pas incompatible avec une incarcération.

Dans la rue et devant le Palais de justice de Paris, les manifestations s’agrandissent, plusieurs personnes protestent contre son maintien en prison. Le samedi dernier, dans la capitale économie du Maroc, à Casablanca, une ‘‘ conférence de solidarité avec Tariq Ramadan ’’, s’est vite transformée en un rassemblement de nombreux manifestants.
Dans la rue et devant le Palais de justice de Paris, les manifestations s’agrandissent, plusieurs personnes protestent contre son maintien en prison. Les proches du théologien ont lancé sur les réseaux sociaux une ‘‘ Tweetstorm ’’ (une tempête de tweets) à travers des comptes sous le nom #FreeTariqRamadan. De même une pétition en ligne a été lancée affichant une participation qui a dépassé les 100 000 signatures en faveur de la libération du professeur.
Les internautes ironisent à travers des posts ; ‘‘Comment appelle-t-on un conférencier musulman avec un master en littérature française et un doctorat en études islamiques, un pilier de l’enseignement dans une université de renommée et l’un des idoles de l’islam favori dans le monde entier ? Un suspect ?’’. Une autre internaute écrit ‘’ la présomption d’innocence est un principe humain basique’’.

Dans les deux vidéos partagées dans lesquelles s’exprime la femme du théologien, ces dernières ont été visionnées plus de sept cent mille fois pour la première et cent soixante mille fois pour la deuxième. Dans la seconde vidéo, la femme argue ‘’ il y a véritablement de quoi se poser des questions et de s’interroger, si derrière toute cette affaire, il n’y aurait pas une réelle volonté politique à vouloir garder mon époux en prison’’.

Un lynchage médiatico-politique


Une soixantaine de militants de l’islam identitaire ou de l’antiracisme politique, ont signé une tribune en faveur d’une ‘‘ justice impartiale et égalitaire ’’. Parmi eu, Nabil Ennasri, universitaire et ancien directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), la porte-parole des indigènes de la République et Mr. Marwen Mohammed, auteur d’un texte sur le sujet.
Les recteurs de mosquées, longtemps silencieux, ont pris la parole ces derniers jours en faveur du théologien. Ils réclament la libération immédiate du conférencier victime d’après eux, d’un lynchage médiatico-politique.

Read More

  Infrastructures télécoms : il est temps d’accélérer les investissements !

  Infrastructures télécoms : il est temps d’accélérer les investissements !

 

 

L’évolution vers une société de l’information a redéfini les dépenses d’infrastructure de sorte que la part consacrée aux télécommunications a augmenté au cours des quarante dernières années en pourcentage des dépenses totales.

Le pourcentage des dépenses consacrées à l’électricité a en revanche doublé, de 22 % environ à 44 %.

Les télécommunications ont plus que triplé jusqu’à 2000, quoique, à partir d’un pourcentage initial très faible de 2 %, en raison de leur fonction de plus en plus centrale dans la société actuelle.

De quelle manière le développement des infrastructures de télécommunications va-t-il se poursuivre, en termes d’ampleur et de qualité ?

De nombreuses personnes ont désormais le sentiment que l’utilisation de l’Internet est gratuite. Mais comment en est-on arrivé là ?

Dans les cinq années qui ont procédé 2000-1, certains événements singuliers, qui ne s’étaient jamais produits auparavant dans le secteur, notamment le déséquilibre temporaire entre l’offre et la demande de bande passante et l’emballement des marchés financiers à financer l’expansion du réseau, ont créé un Internet public à faible coût pour le consommateur.

 

   La téléphonie IP

Dans une certaine mesure, cette évolution a été précipitée par des phénomènes ponctuels intervenus sur le marché américain des télécommunications et qui, de par la nature de ce dernier, se sont propagés à l’échelle mondiale.

Il est donc probable à long terme la téléphonie IP exercera une pression à la baisse sur les recettes des opérateurs de trafic national et international de l’OCDE, tendance qui sera irréversible.

L’important pour les opérateurs de téléphonie (Paritel, Orange, SFR…) et leurs infrastructures est que, compte tenu de la diminution des marges, la technologie de téléphonie IP exigera des mesures rigoureuses de maîtrise des coûts.

L’expansion de téléphonie IP, encouragée par des fournisseurs tels que Cisco et Intel et les nouveaux prestataires de services concurrents, favorisera l’adoption d’un modèle économique basé sur les opérateurs de services Internet.

Cette baisse de revenus sera compensée par la demande soutenue de services de radiotéléphonie mobiles de toutes sortes partout dans le monde, notamment par leur expansion dans les pays moins développés.

La hausse des recettes dans ces segments ne pourra toutefois rétablir des marges d’exploitation en repli puisque les recettes des services téléphoniques diminueront.

Seule une réduction des coûts de base permettra d’effectuer ce rétablissement, dans deux domaines essentiellement : le modèle économique utilisé et les dépenses d’investissement dans l’infrastructure d’une part, le coût du capital et les coûts d’exploitation d’autre part.

 

Les premières études ne sont pas encore définitives, mais, selon certaines sources, la perte de recettes due à la téléphonie IP internationale s’est élevé, au plan mondial, à 74 milliards USD en 2002, soit 7 % environ des recettes des services, qui se sont chiffrées à quelques 1.04 mille milliard USD.

Plus nous avançons dans le temps, plus les avis divergent !!

 

Aux États-Unis, d’aucuns estiment qu’à l’horizon 2011 le manque à gagner dû à la téléphonie IP internationale aura atteint 96 milliards USD, soit 5 % seulement du total des recettes dégagées des services de télécommunication, qui s’élèvera alors à 1.8 mille milliards USD.

C’est là un point de vue très optimiste pour les opérateurs (les grands opérateurs (France Telecom/Orange, Paritel, …) installeront de nouvelles infrastructures tout-IP).

Read More

Faites le bon choix de vos écouteurs intra-auriculaires

Faites le bon choix de vos écouteurs intra-auriculaires

 

Gamers addict, amateurs de musique ou mélomanes avertis, dès que l’on parle d’écoute musicale nomade, on se retrouve face à deux écoles : les passionnés de casques, souvent bien imposants, et les fidèles aux écouteurs intra-auriculaires qui sont nettement plus discrets.
Toutefois, ces derniers, sont bien souvent loin d’être parfaits. On entend souvent certains dire, ‘‘les intras, ce n’est pas moi !’’. Cela revient au fait que leur adaptabilité à toutes les morphologies, soient bien moindre que celle des casques supra-auriculaires ou circum.
Mais, il n’en demeure pas moins vrai que, ces dernières années, le marché des écouteurs intra-auriculaires est en pleine expansion, les constructeurs et professionnels du secteur ne cessent d’innover pour répondre aux attentes particulières des utilisateurs ainsi qu’à leurs besoins spécifiques.
Compacité, performances sonores potentiellement puissantes, isolation… Tous ces arguments de poids font que les intras ne cessent de gagner en popularité auprès du grand public.

Comment distinguer une bonne paire d’écouteurs ?

Les écouteurs intra-auriculaires, également appelés ‘‘ intras ’’ ou ‘‘ In-Ear’’, ont été destinés à l’origine aux prothèses auditives ainsi qu’aux retours de scène des musiciens.
Rappelant des boules Quies, les intras se prêtent parfaitement au conduit auditif. On distingue entre les intras et les semi-intras, tout dépend de la profondeur avec laquelle ils s’introduisent dans le canal auditif.
Grace à des coussinets en silicone ou en mousse, ces écouteurs assurent une isolation sans équivoque du bruit provenant de l’extérieur. Ils agissent comme des barrières, bloquant naturellement le passage aux perturbations sonores, notamment dans les environnements très bruits (métro, train, avion, etc.), sans avoir à recourir aux technologies de réductions de bruit active.
Pour vous aider à mieux choisir la paire d’intras qu’il vous faut, n’hésitez pas à consulter la rubrique ‘‘Tests’’ du site expert « on a testé pour vous » où une équipe complète de la rédaction vous oriente dans le choix de vos écouteurs intra-auriculaires.

Les spécificités de LA bonne paire d’intras

– Qualité sonore : la qualité sonore devrait être au rendez-vous. Particulièrement chez les intras-auriculaires, les membranes ultra-fines, d’un diamètre, sont considérablement inférieures à celle d’un casque, assurent une réactivité potentiellement supérieure et offrent donc un son nettement mieux défini.

– Maintien et confort : le rôle des embouts auriculaires est crucial, puisque ce sont eux qui assurent la compatibilité entre les écouteurs et les oreilles, tout en garantissant confort et isolation sonore.
La majorité des intras sont munis d’embouts en silicone ou en mousse. Conçus pour s’adapter à toutes les morphologies des canaux auditifs, ils sont disponibles sous différentes tailles.

– Isolation : l’isolation phonique peut être extrêmement puissante, permettant une coupure totale entre l’utilisateur et son entourage. Ça pourrait être un avantage pour les musiciens professionnels ou lorsque vous vous retrouvez dans des environnements très bruyants, néanmoins, cet accessoire peut devenir dangereux, tachez donc d’en faire bon usage, en restant vigilants en toutes circonstances.
C’est peut-être aussi l’occasion de changer vos habitudes en écoutant raisonnablement et avec modération votre musique. Une pratique plus respectueuse de vos tympans.

Petit clin d’œil au Bose SoundTrue Ultra

 


Cette petite merveille vendue à moins de 130 euros, vous promet un maintien à toute éprouve.
Le géant Américain va droit au but, en misant sur une isolation parfaite, un confort sans égale et une immersion sonore totale. Grace à des embouts exclusifs (StayHear Ultra) très souples, ils assurent un maintien stable et un confort tout au long de la journée. Coté son, il revoit des basses naturelles, avec des instruments clairs et des voix réalistes. Conçu pour une durabilité supplémentaire, cet accessoire s’adapte parfaitement à différents modes de vie.
Testé et entièrement approuvé par les experts du site « on a testé pour vous.fr », le Bose SoundTrue Ultra, mérite amplement la première place du podium. Vous pouvez consulter le lien direct du site où vous trouverez une description plus détaillée de ce modèle et autres.

 

Read More

    Élection présidentielle française

    Élection présidentielle française

   La communication présidentielle de 2007

Après le choc de la non-qualification de Lionel Jospin pour le second tour des élections présidentielles de 2002, on aurait pu penser que les élections présidentielles de 2007 allaient se dérouler de façon relativement plus ordinaire.

Le deuxième tour des élections présidentielles de 2002 avait, à son tour prouvé, que maints électeurs de gauche qui s’étaient décalé (c’est-à-dire, reporté), “volens nolens”, sur Jacques Chirac (homme d’État français), ne disperseraient dorénavant plus leurs voix et on pouvait donc penser, notamment, au vu des sondages, que la leçon avait été bien comprise et que le vote dit “utile” prendrait dorénavant le pas à gauche.

Pourtant, le déroulement de la campagne présidentielle de 2007 apporta plus de surprise que prévu.

Certes, son résultat apparaît, somme toute, comme une conséquence logique des rapports de force habituels des courants politiques français traditionnels, la légère prime à droite de l’électorat du pays favorisant à nouveau le candidat de ce camp, Nicolas Sarkozy.

Mais, le parcours qui conduisit à ce résultat fut relativement complexe, avec en outre des conséquences apparemment durables sur la sphère politique française.

  Les résultats : un simple contrecoup de “choc” de 2002 ?

“L’exposition des résultats des deux tours, montre en effet, que le contrecoup du “coup de tonnerre” du premier tour des élections présidentielles de 2002, comme l’intitula (nomma) Lionel Jospin, le soir de sa défaite (quand il était l’invité de la journaliste-présentatrice française Audrey Crespo-Mara), n’a pas été le seul phénomène important des élections présidentielles de 2007.

Contrairement à ce qui s’était produit en 2002, grâce à la cohésion retrouvée du vote “de gauche”, le candidat du Parti socialiste, Ségolène Royal, semble en effet, avoir cette fois-ci, fait en quelque sorte “le plein” logique de ses voix, c’est-à-dire, de celles qui correspondent au vote socialiste à proprement parler au premier tour, puis, au vote de “gauche” au second tour – ni plus, ni moins, il faut bien le reconnaître.

On peut en dire de même de Nicolas Sarkozy, son principal adversaire, dont les 53 % correspondent au rapport de force “traditionnel” en faveur de la droite, lorsqu’un facteur conjoncturel ne vient le modifier (comme nous le rappel d’ailleurs Franck Louvrier, le responsable de la communication et des relations avec la presse de la campagne de Nicolas Sarkozy).

En revanche, la donne concernant la plupart des autres candidats a fortement changé, et le “choc” de 2002 est incontestablement la raison, les électeurs n’ayant pas voulu reproduire une situation analogue à celle du second tour Chirac-Le Pen, et ayant fait prédominer dès le premier tour le “vote utile”, selon l’expression consacrée.

La plupart des représentants des autres partis politiques présents en 2002, sont en effet, quasiment laminés en 2007 : Arlette Laguiller ne totalise ainsi que le tiers de ses voix de 2002, tout comme Dominique Voynet pour les Verts (par rapport à Noël Mamère), et même en ajoutant les voix portées sur José Bové, cela ne suffit pas à faire le compte ; Marie-George Buffet n’atteint qu’un peu plus de la moitié des suffrages obtenus précédemment par Robert Hue, …

Le maintien d’Olivier Besancenot apparaît donc comme une victoire, et, à l’inverse le fort recul de Jean-Marie Le Pen, enrayé dans une progression qui semblait inéluctable depuis un quart de siècle, est un autre événement marquant de cette présidentielle”, Audrey Crespo-Mara.

 

Read More

   Quelle caméra sportive pour filmer vos activités ?

   Quelle caméra sportive pour filmer vos activités ?

 

  Meilleures actions-cams pour filmer vos exploits sportifs :

Pour filmer les sorties à vélo, le monde sous-marin, ou les escapades en montagne, il vous faut une caméra d’action de qualité (performante) (soit le Go Pro, Ricoh WG-M2…).

Les internautes font toujours une comparaison entre les multiples offres disponibles sur le marché.

Grâce à OPTV (on a testé pour vous : site comparateur), cette tâche est simplifiée. C’est un site de référence sur l’actualité des nouvelles technologies et également du digital, sur lequel vous pouvez trouver beaucoup de guides d’achats et d’avis, comme GoPro Hero 5 Black : Test, avis et prix d’achat

Ce site comparateur permet aux consommateurs de consulter en ligne les détails et les caractéristiques de chaque produit (smartphones, appareils photo, ordinateurs portables pour gamer, drones haut de gamme…).

Afin de pouvoir trier les offres les plus adaptées aux internautes (aux consommateurs), “on a testé pour vous” propose une simulation en ligne.

 

  GoPro :

Gopro est, au jour d’aujourd’hui, la seule et unique marque qui propose de très bons produits.

Cette société fondée par Nick Woodman, commercialise depuis 2004, des caméras d’action ainsi que des drones.

Son fondateur a su comment attirer les grandes marques, telles que Panasonic, Kodak ou Sony (spécialistes de l’image).

 

   L’importance de l’ergonomie :

L’ergonomie logicielle et l’ergonomie matérielle sont aussi des facteurs importants tout comme la qualité d’image (qui peut varier d’une marque à l’autre ou d’un modèle à l’autre).

Des boutons mal positionnés, ou une fonction mal pensée en pleine action, peuvent compromettre la prise de vue (vidéos, ou photos).

Pour déclencher facilement l’enregistrement, il sera plus pertinent de choisir un modèle avec de gros boutons, que ce soit pour la balade en moto ou le ski (et surtout lorsqu’on porte de gros gants).

Les actions-cams compatibles 4K sont en train d’arriver peu à peu sur le marché.

GoPro Hero+ LCD : modèle facile à manipuler

La nouvelle Hero+ LCD dispose d’un écran LCD tactile qui, à son tour, facilite cadrages et réglages.

C’est vrai que sa qualité d’image s’avère de bonne tenue, mais, malheureusement, elle reste inférieure à celle de “Hero 4 BLack Edition” et “Hero 4 Silver”.

La conception de Hero+ LCD est différente des autres GoPro classiques, vu que la caméra est intégrée au support (caisson) (autrement-dit, on ne peut ni la placer dans un coin, ni sur un casque, ni la faire sortir pour diminuer son encombrement).

 

Orange 4G Cam : c’est une marque tant attendue dans le monde de la vidéo.

L’opérateur français “Orange” a intégré sa maîtrise des réseaux en intégrant un emplacement pour une carte SIM 4G.

Read More

Toutes les idées reçues sur le vin naturel

Toutes les idées reçues sur le vin naturel

Fabriqué du vin sans ajouté aucun produit chimique, c’est le défi qui se sont fixé quelques vignerons en France pour créer le vin naturel. Ne représentant que 1 % de la production de vin en France, le vin nature ou naturelle , malgré sa faible proportion de production, a une forte demande au marché national et même à l’international. Élaborer sans l’ajout d’aucun produit chimique ou presque, le vin naturel séduit de plus en plus les français qui sont à la recherche de nouvelles expériences gustatives. On le retrouve que dans 800 établissements dans toute la France essentiellement chez des cavistes spécialisés ou des bistrots.

Pour les curieux, on a réalisé dans cet article une petite récapitulation des 5 idées reçus sur le vin naturel.

 

Le vin naturel a le même goût qu’un vin traditionnel ?

Faux. Selon le propriétaire de l’entreprise Raphaël Michel,spécialiste et négoce en vin, « Le goût du vin naturel diffère d’un cru à un autre, et c’est extrêmement particulier comme goût. Les arômes sont plutôt fruités, et le vin est extrêmement digeste et facile à boire. Et si en ouvrant la bouteille le vin est pétille légèrement, mieux vaut le laisser s’aérer un petit moment pour laisser le gaz s’échapper. »


Le vin nature est-il trouble ?

Vrai. Puisque le vigneron n’a pas le droit de rajouter ni du blanc d’œuf ni de colle de poisson, pour éclaircir le vin, le vin garde les particules qui sont en suspension.

 Trouve t-on du vin nature au restaurant ?

Vrai et faux. Très peu de restaurateurs proposent dans leur carte du vin naturel. En plus le vin naturel, on peut difficilement le stocker, avec l’absence de conservateurs. Et comme l’a bien expliqué Guillaume Ryckwaert le dirigeant de Raphaël Michel, c’est très difficile d’associer le vin naturel avec des mets, vu que le goût et les arômes du vin est évolutifs »

Il est issu d’une agriculture biologique ?

Vrai. Les raisins du vin naturel doivent obligatoirement être conduits en agriculture biologique, sans pesticides. Le vin est élevé et fermenté sans additifs ou presque. Sauf parfois une très petite dose de Sulfite. Au contraire, le vin bio permet d’utiliser des levures industrielles et de copeaux de bois pour aromatiser le vin.

Il fait moins mal à la tête ?

Vrai. Le vin naturel, contient de dioxyde de soufre ou de sulfites qu’un vin traditionnel, puisque dans le vin naturel, le vigneron évite de rajouter du sulfite. En effet, la relation entre maux de tête est  surdosage de sulfites dans les vins traditionnels a été établie par des médecins nutritionnistes.

Read More