Éducation pour la santé

Posted by on février 10, 2018 in Actualités | Commentaires fermés sur          Éducation pour la santé

         Éducation pour la santé

 

Avant de mettre en route un programme d’enseignement et d’apprentissage, Filiassur assurance a bien évalué la réceptivité physique et émotionnelle de ses assurés (les jeunes, les personnes âgées…), ainsi que leurs capacités d’apprendre.

C’est sur ces données que Filiassur s’appuie pour fixer les objectifs susceptibles de motiver la personne à apprendre.

En associant l’apprenant à l’élaboration d’objectifs mutuellement acceptables, les conseillers de cette assurance l’encouragent à participer activement et à partager de bon gré la responsabilité de l’apprentissage.

La réceptivité expérientielle est étroitement liée à la réceptivité émotionnelle, car la motivation tend à s’accroître lorsque la personne devient consciente de la nécessité d’apprendre et lorsque les tâches d’apprentissage lui semblent faciles, intéressantes et utiles.

L’apprentissage n’exige pas nécessairement un enseignant, mais la plupart des personnes qui essaient d’apprendre de nouveaux comportements ou de modifier leurs comportements actuels ont besoin des services d’une infirmière au moins pendant un certain temps.

L’interaction entre l’apprenant et l’infirmière qui s’efforce de satisfaire ses besoins d’apprentissage peut être plus ou moins structurée, selon les méthodes et les techniques d’enseignement utilisées.

Afin que l’enseignement se déroule dans les meilleures conditions possibles, l’infirmière peut éliminer les variables externes susceptibles de nuire au processus d’apprentissage.

Par exemple, la température ambiante, l’éclairage, le niveau sonore et d’autres conditions extérieures doivent être adaptés à la situation.

De plus, le moment choisi pour l’enseignement doit correspondre aux besoins de la personne.

Par exemple, il vaut mieux remettre à plus tard une séance lorsque la personne est fatiguée, souffrante ou inquiète à l’idée d’un examen paraclinique ou d’un traitement à venir, ou encore lorsqu’elle reçoit des visiteurs.

Toutefois, si les membres de la famille doivent participer aux soins, les séances auront lieu en leur présence afin qu’ils puissent acquérir les habiletés ou apprendre les techniques qui leur seront nécessaires.

  Techniques d’enseignement :

Les techniques et les méthodes d’apprentissage favorisent l’apprentissage à condition qu’elles soient adaptées aux besoins de la personne.

L’infirmière dispose de nombreuses techniques, telles que les exposés, l’enseignement collectif et les démonstrations, et elle peut améliorer leur efficacité en préparant un matériel didactique adapté à la personne.

L’infirmière a souvent recours aux exposés, aux cours magistraux, qui doivent toujours s’accompagner d’une discussion.

Cette dernière est importante parce qu’elle donne à l’apprenant l’occasion d’exprimer ses sentiments et ses préoccupations, de poser des questions et d’obtenir des éclaircissements.

Les démonstrations et les exercices pratiques constituent des éléments essentiels du programme d’enseignement, surtout lorsqu’il s’agit d’apprendre des techniques.

Il est préférable de faire la démonstration de la technique dans un premier temps, puis de laisser à l’apprenant le temps nécessaire pour s’y exercer.

Quand l’enseignement exige un matériel spécial (par exemple, des seringues pour les injections, des sacs pour la colostomie, des appareils à dialyse, des pansements ou des dispositifs de succion), il est important d’utiliser des appareils similaires à ceux que la personne utilisera à domicile.

En effet, la personne peut ressentir de la confusion et de la frustration, et faire des erreurs si elle a appris à exécuter une technique à l’aide d’un type d’appareil différent de celui dont elle doit ensuite se servir.