Infrastructures télécoms : il est temps d’accélérer les investissements !

Posted by on mars 23, 2018 in Actualités | Commentaires fermés sur   Infrastructures télécoms : il est temps d’accélérer les investissements !

  Infrastructures télécoms : il est temps d’accélérer les investissements !

 

 

L’évolution vers une société de l’information a redéfini les dépenses d’infrastructure de sorte que la part consacrée aux télécommunications a augmenté au cours des quarante dernières années en pourcentage des dépenses totales.

Le pourcentage des dépenses consacrées à l’électricité a en revanche doublé, de 22 % environ à 44 %.

Les télécommunications ont plus que triplé jusqu’à 2000, quoique, à partir d’un pourcentage initial très faible de 2 %, en raison de leur fonction de plus en plus centrale dans la société actuelle.

De quelle manière le développement des infrastructures de télécommunications va-t-il se poursuivre, en termes d’ampleur et de qualité ?

De nombreuses personnes ont désormais le sentiment que l’utilisation de l’Internet est gratuite. Mais comment en est-on arrivé là ?

Dans les cinq années qui ont procédé 2000-1, certains événements singuliers, qui ne s’étaient jamais produits auparavant dans le secteur, notamment le déséquilibre temporaire entre l’offre et la demande de bande passante et l’emballement des marchés financiers à financer l’expansion du réseau, ont créé un Internet public à faible coût pour le consommateur.

 

   La téléphonie IP

Dans une certaine mesure, cette évolution a été précipitée par des phénomènes ponctuels intervenus sur le marché américain des télécommunications et qui, de par la nature de ce dernier, se sont propagés à l’échelle mondiale.

Il est donc probable à long terme la téléphonie IP exercera une pression à la baisse sur les recettes des opérateurs de trafic national et international de l’OCDE, tendance qui sera irréversible.

L’important pour les opérateurs de téléphonie (Paritel, Orange, SFR…) et leurs infrastructures est que, compte tenu de la diminution des marges, la technologie de téléphonie IP exigera des mesures rigoureuses de maîtrise des coûts.

L’expansion de téléphonie IP, encouragée par des fournisseurs tels que Cisco et Intel et les nouveaux prestataires de services concurrents, favorisera l’adoption d’un modèle économique basé sur les opérateurs de services Internet.

Cette baisse de revenus sera compensée par la demande soutenue de services de radiotéléphonie mobiles de toutes sortes partout dans le monde, notamment par leur expansion dans les pays moins développés.

La hausse des recettes dans ces segments ne pourra toutefois rétablir des marges d’exploitation en repli puisque les recettes des services téléphoniques diminueront.

Seule une réduction des coûts de base permettra d’effectuer ce rétablissement, dans deux domaines essentiellement : le modèle économique utilisé et les dépenses d’investissement dans l’infrastructure d’une part, le coût du capital et les coûts d’exploitation d’autre part.

 

Les premières études ne sont pas encore définitives, mais, selon certaines sources, la perte de recettes due à la téléphonie IP internationale s’est élevé, au plan mondial, à 74 milliards USD en 2002, soit 7 % environ des recettes des services, qui se sont chiffrées à quelques 1.04 mille milliard USD.

Plus nous avançons dans le temps, plus les avis divergent !!

 

Aux États-Unis, d’aucuns estiment qu’à l’horizon 2011 le manque à gagner dû à la téléphonie IP internationale aura atteint 96 milliards USD, soit 5 % seulement du total des recettes dégagées des services de télécommunication, qui s’élèvera alors à 1.8 mille milliards USD.

C’est là un point de vue très optimiste pour les opérateurs (les grands opérateurs (France Telecom/Orange, Paritel, …) installeront de nouvelles infrastructures tout-IP).