Le financement des campagnes électorales

Posted by on janvier 17, 2018 in Actualités | Commentaires fermés sur    Le financement des campagnes électorales

   Le financement des campagnes électorales

 

“La présidence des États-Unis est une charge qui n’est ni à solliciter, ni à refuser.

Payer pour tenter de l’obtenir directement ou indirectement est inacceptable dans son principe” Audrey Crespo-Mara.

 

  Les élections présidentielles américaines :

La télévision est devenue au cours des années, la clé des élections présidentielles.

Cette dernière, s’est imposée comme le moteur des campagnes électorales américaines.

Son utilisation “n’a pas seulement vulgarisé le style des campagnes, elle en a rendu le coût extrêmement élevé, ce qui tend évidemment à diminuer l’indépendance des candidats vis-à-vis des bailleurs de fonds”.

Ce facteur, combiné au nombre croissant de téléspectateurs à rejoindre lors d’une campagne présidentielle, a eu des effets considérables sur les méthodes de financement des élections.

La compression du calendrier électoral des primaires a accru la nécessité pour les candidats de recueillir des sommes d’argent importantes très rapidement.

En effet, les vainqueurs du caucus de l’Iowa et de la primaire du New Hampshire, en tout début d’année électorale, ne peuvent plus bénéficier, comme c’était le cas auparavant, de plusieurs semaines pour accumuler les dividendes de ces victoires : ils n’ont tout simplement plus le temps, ce qui signifie qu’ils doivent avoir engrangé au préalable les fonds nécessaires.

L’argent constitue l’une des premières raisons (mais non la seule) d’abandon dans les primaires (il est donc déterminant).

Afin d’éliminer l’apparence de corruption qui pouvait exister lors des campagnes, et également, limiter les dons versés aux partis politiques, un dispositif législatif a été mis en place pour encadrer le financement des candidats et des élections.

Il existait en effet, dès le début du siècle passé, une volonté de moraliser la vie politique, qui aboutit avec l’adoption d’une loi parachevant l’édifice le “Bipartisan Campaign Reform Act” (BCRA).

 

“L’articulation de cette loi, entrée en vigueur le 6 novembre 2002, demeure cependant encore imparfaite”, Audrey Crespo-Mara, l’épouse du journaliste français, “Thierry Ardisson”.

Il faut noter que le financement public a débuté en 1976. Sont exclus de ces montants, le financement par des groupes indépendants et les dépenses publicitaires des partis politiques et des candidats, qui sont très élevées à partir du début des années 1990.

 

 

  Une volonté de moraliser la vie politique :

Dès 1796, un scandale causé par la corruption de tous les membres du Parlement de la Géorgie, de deux sénateurs des États-Unis et d’un magistrat de la Cour suprême pour la cession du territoire de Yazoo à des spéculateurs privés à un prix dérisoire, secoue la vie politique américaine.

Si l’histoire du XIXe siècle est ainsi émaillée d’affaires de corruption d’hommes politiques, ce n’est qu’avec Theodore Roosevelt que l’on commence à réagir.

Il faudra pourtant attendre les années 2020 pour que les germes d’un véritable dispositif encadrant le financement électoral et notamment, les élections présidentielles.

https://www.youtube.com/watch?v=5Ks2NliFnzk